--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
---------------------cliquer sur les documents pour les agrandir-






































photos: Charles-Henry Bédué









PIERRE, LA COULEUR QU'ON 
VEUT ÉCRASER.

solo show

communiqué de presse, texte de Sophie Delhasse:


LE POINT COMMUN 
Annecy
28 Septembre/24 Novembre 2018












On The Beach/ FRAC OM

exposition collective avec:
Valérie du Chéné
Charles Lopez
Alain Séchas

exposition du 13 Septembre au 18 Octobre
vernissage le 27 Septembre
collège Jean Moulin, Sète







                                                                             Syncope, 2011, in:


PROLEPSIS/ Plateforme

exposition collective avec:
Charles Lopez
Bertrand Rigaux
Aurore Pallet

commissariat: Fanny Lambert

exposition du 05 au 21 Octobre 2018
vernissage le 05 Octobre à partir de 18H.

Plateforme, 73, rue des Haies, 75020 Paris




vue de l'exposition ONE WHO COVERS UP OR HIDE SOMETHING, avec Nathalie Bles, Coraline de Chiara, Charles Lopez, laTrap, Novembre 2016.













                                       



vue de l'exposition " Volume 1", galerie Jean Marc Patras, novembre 2015
                                                      













vue de l'exposition " Comme si de cette couture dépendait le sort de l'univers", 
galerie Alain Gutharc, octobre 2011.






Barbarie ( 2018)







Barbarie est née de l’observation d’une façade, celle de l Ecole des Mines, 60, bd St Michel,
Paris, qui court sur une cinquantaine de mètres.
À première vue, cette façade laisse transparaître des signes, peu explicites.
Elle est en effet parsemée de cavités qui, assemblées, pourraient se lire comme une étrange
écriture.
Séquence criptée, il paraît dès lors aisé de la comparer à une forme de partition musicale, proche
de celles de pianos mécaniques ou encore d’orgues de barbarie.
Cette composition, aussi aléatoire qu’elle puisse paraître, n’est autre que la trace d’un peloton
d’exécution mené par l’armée nazie en août 1944.
La charge interne à ce relevé subliminal, mutique, est aujourd’hui réactivée de manière précise, telle
une sculpture minimale sur une partition de papier.
Cette transposition, enfin, nous invite à une lecture sourde et distanciée , libérée de toute
tragédie qu’elle intègre malgré tout, en filigrane.

Barbarie, 2018,
partition d’orgue de barbarie, découpe laser, 300cm.




L'objet du désir


                                                                                            l'objet du désir,
                                                                                             mousse expansive, 90x40x40cm

série EUX







Elle s’était arrêtée net sans prévenir, au milieu de nulle-part, lasse de cette
perpétuelle ascension. Le soleil allait apparaître, l’autre finit par en profiter.
La mer d’huile qui semblait s’offrir à eux, dans le pli de la nuit, sous leurs pieds
juste-là en contrebas, se décollait en temps réel. Cimes de pins à perte de vue,
heure bleue, l’horizon n’a qu’à bien se tenir. Sans préavis il craque, viva la
distension.
Juste le temps de plisser les yeux, reprendre leur souffle une escale tu pouvais
bien leur accorder ça. Planqués dans la falaise ils auraient fini par trouver leur
place, se fondre dans le décor. Histoire de se faire oublier, changer de point de
vue, faut faire gaffe à cette altitude tout se contracte, se tord. Les perspectives
comme le temps c’est pareil, on ne peut rien y faire, adret en joue, tu vises et sans
prendre garde le vide s’immisce: ils disparaissent.
Avancer coûte que coûte. Ils t’avaient pourtant demandé de surveiller leur trajectoire
mais tout t’éblouit à cette distance, alors tu bascules la tête. Ressaut, éboulis,
ouvala, fondu au blanc. Faudrait reprendre ses esprits sinon comment expliquer
un tel vertige, ça se rabat de l’intérieur, avalanche en retour accéleré, le paysage
se tape une hypoxie.
Impossible de regarder les choses se transformer sous tes yeux, sans en prendre
part tout bouge c’est très instable comme terrain. Pas forcément hostile juste en
transition, comme la campagne à travers la fenêtre d’un TER quand, d’un coup
d’index, tu penses encore pouvoir saisir la scène dans son entier.
Ils refusaient l’idée d’être contraints à un périmètre, prisonniers du cadre, se faire
voler cet instant qui leur était propre. Cela les regardait après tout, ne concernait
qu’eux. Et les éléments.
Ubac donc, sans laisser trace, ils préférèrent prendre la tangente le maquis sur la
pointe des pieds, pour mieux disparaître encore.
Ils comptaient ne pas en être, ça tombe bien, à défaut de te nourrir parfois
l’environnement t’absorbe, et le paysage lui-même finit par te rayer de la carte.

Charles Lopez, introduction à la série «EUX», 2015


EUX n°7
EUX n°13
EUX n°12
EUX n°3
EUX n°9
EUX n°15
EUX n°11
EUX n°11
EUX n°1
EUX n°4
EUX n°14
EUX n°8
EUX n°2
EUX n°10
EUX n°5
EUX n°6
EUX n°17



EUX, 2015, tirages anonymes d'époque pliés, passe-partout numérique, encadrement, 39x27cm chacun.

















Rendez-vous avec Curzio




Rendez-vous avec Curzio ( 2016) ( cliquer sur le lien pour écouter le fichier audio)

Refuge





Refuge, tirage argentique d'époque, découpe laser sur plexi.





J'ai fait le tour de ton exotisme


J ai fait le tour de ton exotisme / I've gone around your exoticism / εξάντλησα τον εξωτισμό σου / Yo recorri a tu exotismo / 君のエキゾチスムを巡った。/ Circundei o tu exotismo /
Senin egzotikliğini yaşadım bitti / sono arrivato a capo del tuo esotismo.

" J'ai fait le tour de ton exotisme", 155cm de diamètre, pochoir.









Le Bruit du monde







                               Le bruit du monde 
                                         420cm, 16 éléments, plexi noir découpe laser.
                                         (installation in situ, collection privée, Lisbonne)





Bruit: n.m., Vibration des particules d’un milieu présentant un caractère erratique, statistiquement aléatoire. À la différence des sons musicaux, les bruits peuvent être considérés comme résultant de la superposition de nombreuses vibrations à des fréquences diverses, non harmoniques les unes des autres.

Au départ, une collection de photographies anonymes de paysages montagneux, prises à des endroits et des époques différentes. 
Dans chaque cliché, seule la zone des ciels est prélevée; respectant les formats et cadrages de chaque photo, ces «calques», édités en plexi noir, sont mariés par la crête inférieure des montagnes.

Un horizon générique, une synthèse de paysage voit alors le jour, défini par la frontière des ciels et le vide du mur.




















Dérives



                                   
                                                                                       
             Dérives
                                                                                               10 plaques de plexi, gouache,
                                                                                                                                            30x40cm chacune.
                                                                                                                           Courtesy L'ORANGE ROUGE.


Découpes laser représentant des parcours fictionnels dans la ville, manipulées telles des normographes par les participants de l’atelier.
Les tranches de chaque plaque se retrouvent saturées par les passages successifs de couleurs différentes, attribuées à chacun des participants.

projet en collaboration avec l’ORANGE-ROUGE, mené avec les élèves de l’ULIS Jacques Prévert, Paris.












Syncope

                                                   

                           
                           Syncope 
technique mixte, 
300x140x140cm
                                                               
                                                                    crédit photo: Aurélien Mole









Thalweg


                                                                           Thalweg 
                                                    impression pigmentaire façonnée, 
                                                            110x 130cm, 3 exemplaires.


                                                                                              crédit photo: Aurélien Mole





Névé

                                                                                  
Névé
tirage anonyme datant du début du XX°,
sérigraphie
collection privée




Les déserteurs




" ... Dès lors que sont parallèles toutes les lignes d’une forme et par extension toutes les lignes de l’univers, l’entreprise de néantisation touche à son but un instant.
Ainsi les travaux de Charles Lopez ne seraient pas un démenti aux figurations des cartographes, ni la révélation d’un paysage dans sa nudité. En dispersant tout l’outillage nécessaire et en renversant les données les plus admises, ces cartographies produisent un décentrement à partir duquel le paysage n’offre plus aucune autre prise qu’un lot d’informations impossible à cerner. 
De là impossible d’y dessiner une frontière fermée de l’intérieur et bien repérable à l’extérieur, un enclos à moutons, un rempart ou encore le fond d’un gouffre."

Bruno Botella, 2011.
texte en integralité, cliquer >  ici